Pluriel de faire-part : la réponse officielle

Il y a quelques jours , je me posais la question de l’orthographe du pluriel de faire-part.
Entre temps, pour ne pas rester dans l’incertitude de cette question (existentielle pour nous),
j’ai envoyé un e-mail au site officiel qui avait provoqué la confusion chez moi. J’ai obtenue une réponse très rapidement que je vous livre donc ici :

Le mot que vous citez provient d’une locution – « faire part » (que l’on retrouve par exemple dans la phrase « il lui ont fait part de telle information ») -, dont les deux éléments (« faire » et « part ») ne sont plus compris de manière distincte. Aussi, selon les rectifications de l’orthographe, ce mot est soudé : « fairepart ». Dès lors, le pluriel se fait de façon tout à fait régulière : « des faireparts ».

Ce fut donc une réelle surprise puisque c’était ma troisième hypothèse (que j’avais alors appelé hypothèse étrangère puisque seul un site québécois la mentionnait) qui était la bonne !

Il faut donc appliquer la 6eme recommandation, concernant la soudure de certain mot (et non la 2eme sur le pluriel des noms composés) :

La soudure s’impose dans un certain nombre de mots, en particulier dans les mots composés de contr(e)- et entr(e)-, dans les mots composés de extra-, infra-, intra-, ultra-, dans les mots composés avec des éléments « savants » et dans les onomatopées et dans les mots d’origine étrangère.

On ne peut que constater que cette recommandations – bien que datant de 1990 – ne semble pas réellement suivie, puisqu’aucun dictionnaire ne connaît fairepart sous cette forme… le site précise que ces règles sont officiellement recommandées, sans toutefois être imposées. Ceci explique sûrement cela…

Avouez que vous seriez tombé dedans aussi … non ?

Et maintenant, comment fait-on ?

Si je me suis posé cette question, c’est avant tout :

  1. pour éviter de faire une grosse fôte d’orthograf dans nos supports de communication, (ça fait pas sérieux quand même)
  2. mais également pour penser notre stratégie de référencement dans les moteurs de recherche… puisque c’est un paramètre essentiel de la réussite d’une boutique en ligne.

Ce sujet nécessitant un article à lui seul, je continuerai ma réflexion sur ce point et tenterai de déterminer si il faut suivre (ou non) les recommandations de l’Académie Française pour être présent dans Google… ;)

Mise à jour : la réponse

Suite à d’autres recherches, vous trouverez la réponse officielle dans cet article.

Cet article a 14 commentaires

  1. La question est assez épineuse en effet, et m’a bien creusé la tête aussi.
    Je confirme donc l’ancienne méthode évoquée par Rémy car dans le larousse la définition est : » Avec un trait d’union et invariable : des faire-part. »
    Ah ce français, c’est pas facil !!!

  2. Al-Kanz

    Il y a une règle (non écrite) en matière d’orthographe : ne pas effrayer le lecteur. Entre deux orthographes admises (voire tolérées), on préfèrera celle qui ne heurtera pas le lecteur.
    Si on est trop rigide, on risque de faire des vagues inutiles et de passer pour un(e) maniaque.

  3. Rémy

    > Cecile
    tout d’abord , je suis content de te lire ici ;) j’étais un lecteur assidu de ton blog (d’ailleurs tu le délaisse un peu ces derniers temps, pas de nouvelles depuis juillet ?)
    Ensuite j’étais bien allé voir si tu évoquais le sujet avant de faire mon article, mais je n’ai rien vu concernant les nouvelles recommandations ( j’avais bien vu ceux la : http://orthozen.blogspirit.com/tag/nom+compos%C3%A9)
    et c’est pour ça que je t’avais fait un appel du pied ;) dans le premier article : https://www.kardamome.fr/un-peu-dorthographe-un-faire-part-des-faire-parts-ou-des-faire-part/

  4. Cécile

    Dommage que je n’aie pas lu ta question plus tôt… je t’aurais redirigé vers Orthozen où tu aurais bien trouvé ta réponse…
    Pour ce qui est des nouvelles recommandations, elles n’annulent pas les anciennes règles d’orthographe, elles les simplifient mais elles peuvent cohabiter.
    Pour ce qui est du référencement, il faut voir sur les outils de Google ou de YSM quelle est la manière la plus fréquente d’écrire « faire-part »… et à toi de jouer avec !

  5. Rémy

    rhhhoooo………… merci Michel ;) c’est corrigé

  6. Michel

    Bonjour

    Vous avez écrit ceci.

    « notre stratégie de référencement dans [les moteur de recherche] »

    Moteur(s) attention Ô fÔte. ;-)

    @+

  7. Rémy

    Merci Frederic pour ce retour sur la taille de typo, c’est corrigé…

  8. Frédéric

    Parfois lorsque je ne suis pas certain de l’orthographe, je tape le mot dans google. Je ne pense pas que le résultat soit forcément mauvais! puisqu’on espère que la plupart ont une bonne orthographe et donc le résultat finale est sans doute pertinent, non? bien sûr, il faut garder une certaine objectivité sur le résultat!
    Note: je trouve un peu petit le font de texte utilisé pour laisser un commentaire…

  9. Al-Kanz

    Ces règles ne sont pas suivies par les professionnels de l’écrit. Alors que dire de Google…

  10. so'''

    Personnellement, j’ai en effet beaucoup de mal à adopter l’orthographe en un mot… de toute façon, ma boutique s’adresse à un large public et non à une élite linguistique (que je respecte, par ailleurs).

    Je pense que je ferai donc le choix du peuple ! ;D

    … et puis il y a le problème du référencement.
    Sommes-nous arrivés à une époque où c’est google qui nous dicte nos règles orthographiques plutôt que les institutions ? Il semblerait que pour assurer une communication efficace ce soit le cas. Troublant constat tout de même, non?!

  11. avec peu de chose ...

    je suis nullissime en orthographe … paireparts ???? c’est une plaisanterie, un gag ? qui emploi ce mot ?
    je viens de tester « paireparts » sur google … et google me conseille faire-parts

    mort de rire ! En même temps je compatie so’ le casse tête de l’orthographe . On croirait du kavka : So’ prise en sandwich entre le mot estampillé orthographe d’aujourd’hui, et l’ancienne mode hyper-compliqué !

  12. Al-Kanz

    Je doute fort que cette recommandation soit suivie des faits. De très nombreuses recommandations de l’AF ne sont pas suivis par les professionnels de l’écrit, dont les éditeurs, réviseurs-correcteurs. Cette troisième orthographe me paraît vraiment farfelue. Et pourquoi pas écrire en phonétique tant qu’à faire ?

  13. Rémy

    finalement, c’est ça ;)
    ancienne methode : un faire-part, des faire-part
    nouvelle methode : un fairepart, des faireparts

    mais par contre : des faire-parts semble exclu

  14. Yann

    Finalement, on peut l’écrire comme on veut ;-)

Les commentaires sont fermés.