Le biberon de ma fille l’empoisonne

  • Post author:
  • Post category:naissance

Je suis furieuse… flippée ET furieuse !!!

Du genre à faire attention aux substances nocives, j’ai regardé hier soir la fin du documentaires « mâles en péril » sur Arteil faudra que je visionne le début que je n’ai pas pu voir, rapidement !

mâles en périls - arte

Et ce matin, donc je me dis qu’il faut que je vérifie que les biberons que j’achète en pharmacie pour ma fille ne sont pas nocifs… vous savez les Avent que vous payez un peu plus chers parce qu’ils sont solides et pratiques, etc… et que comme vous êtes souvent en vadrouille à poussette ou en train, il faut que ce soit solide.

Et je tombe sur cet article datant de Février 2008 et qui incrimine directement Avent : stupeur… et colère !!!

Le propre d’une maman étant de culpabiliser pour tout et parfois… pour rien, je ne vous raconte pas dans quel état je suis ce matin :

  • « je savais qu’il y avait des biberons dans les magasins bio, pourquoi je ne me suis pas renseignée ?…
  • oui, mais je pensais qu’une telle marque vendue en pharmacie était fiable…
  • oui, mais pourquoi je n’ai pas creusé la question?…
  • et la louloute qui est une accroc au bib’ depuis toujours, elle s’en sert encore à presque 4 ans…
  • mais pourquoi, je n’ai pas creusé la question?…
  • pourquoi ai-je fait confiance?… »

Bref, je vous passe les « je suis une mère inconsciente qui fait vivre sa fille à Paris, au milieu d’une 20-aine de réseaux wifi et tout et tout et finalement les légumes, les cosmétiques, le produits d’entretien bio, n’est-ce pas peine perdue… », en gros ça ne va pas fort ce matin.

Je me sens coupable et victime à la fois

Coupable de la confiance que j’ai accordé aux produits vendus en France (et ce n’est pas du Discount).

Victime du manque de recherches et du manque d’application du principe de précaution des pouvoirs publics !!!

Au final : je suis furax

Parce qu’à côté de çà : on nous met dans une psychose totalement exagérée quant à l’utilisation du web où l’on nous explique qu’en achetant un filtre, nos enfants sont en sécurité… (ils ont des potes fabriquant de filtres ou quoi)… alors que la surveillance des enfants, le dialogue et l’éducation à l’image sont les seuls outils efficaces, et çà tout le monde le sait… ha oui mais après ils vont savoir décodés l’information et la publicité et çà, manifestement ça dérange ! (oui je sais, je suis très en colère)

Alors que l’on nous maintient dans une peur de l’autre permanente façon ce coup-ci : « ya que des vilains méchants sur le web »… je vous renvoie chez MrBoo qui s’est très bien exprimé sur le sujet sur son blog.

A côté de cela, on nous explique avec un grand sourire que oui, on sait qu’ il y a des risques… mais qu’il ne faut pas paniquer… que l’on a pas encore de preuves suffisantes pour faire quelque chose (en gros le business est plus fort que la loi)… et que souvent le produit seul est bon, c’est juste le « coktail » avec d’autres substances du quotidien qui le rend dangereux… et que au final, y’a pas de sous pour que la recherche creuse à fond la question…

…benh je ne sais pas moi, ya pas quelques milliards qui trainent pour s’assurer que nos enfants seront capables d’avoir des gosses, et le tout en bonne santé ???!!!!… (oui je sais c’est un peu court comme réflexion… mais quand même)

J’aimerais très sincèrement que l’on m’explique, par une autre raison que celle de la toute puissance de l’industrie chimique, pourquoi des entreprises à taille normales réussissent à fabriquer des produits sûrs, sans ces substances… alors que des méga-multinationales qui brassent des milliards ne peuvent pas retirer ces substances de leurs produits du jour au lendemain???

Bon, j’arrête ce billet de mauvaise humeur… je sens que je vais vous sapper la journée, là !

Ah si… dernière chose : je suis bien contente d’avoir boycotter les crèmes de grossesse traditionnelles malgré les conseils de certaines copines… et je suis bien contente de fonctionner avec des fruits et légumes bios, des cosmétiques bio et des produits d’entretien sains (vinaigre blanc mon ami)… même si l’envirronement dans lequel nous vivons ce n’est pas le top.

…maintenant… quelqu’un connait une bonne adresse pour commander des Bibs qui n’empoisonnent pas ma fille ???

Petit rajout du lendemain : il est donc très important de veiller au principe de précaution en s’informant par exemple avec le guide téléchargeable de Greenpeace : Cosmetox.

Sonia

Bonjour, je m’appelle Sonia, graphiste & créatrice de faire-part. Bienvenue sur le blog de ma boutique artisanale de faire part original imprimé sur papier recyclé.

Cet article a 9 commentaires

  1. Julie

    Pour ma part, je suis passée aux biberons en verre, et je chauffe l’eau (il est au lait d’amandes) dans la bouilloire à la place du micro-ondes. J’ai quand même mis 6 ans (et 2 enfants) à réaliser que les biberons que j’utilisais étaient nocifs. Tout en ayant des pratiques saines à coté (légumes bio, cosmétique bio…). Le principal, à mon sens, c’est d’avancer et d’évoluer. Et j’ai sais que j’ai encore du chemin à parcourir…

  2. so'''

    Tout à fait d’accord avec toi, Mike ! ;)
    bises à toi.

  3. pensons aussi aux produits électroniques, dont la marque à la Pomme, qui a été notée pendant très longtemps comme joyeuse dernière par Greenpeace, et qui vient tout juste de sortir un portable un peu plus « vert ».

    Si on analyse bien tout ce qu’on a autour de soi, on verra non sans faille que presque tous les produits conventionnels sont porteurs de joyeuses choses pas très propres pour le vivant.

    Reste à se faire un catalogue des produits « alter », et là c’est pas simple du tout, car cela nécessite de définir des critères d’éligibilité au « propre ». Exemple : est-ce que l’usage d’huile de palme non hydrogénée est « propre » au sen du bilan écologique global ?

    Bises à toutes les deux :-)

    Mike

  4. so'''

    J’avoue que pour la cosmétique, cela a été tout d’abord intuitif : dès que j’ai été enceinte, j’ai eu un réflexe de rejet vis-à-vis des cosmétiques… du coup je me suis renseignée et je me suis aperçue que cette intuition était à suivre.
    Du coup je suis passée aux cosmétiques bio…

    Une fois ma fille née, je me suis tournée vers les grandes marques de pharmacie la première semaine de ma fille et pareil : rejet à chaque fois que je l’enduisait de crème… Je suis alors passée au savon d’Alep, et ma fille n’a plus eu besoin de crème après le bain : radical !
    Du coup ça a été définitif et m’a incité à en faire de même pour de plus en produits à la maison (surtout l’entretien)…

    En effet, tout cela + le fait que j’avais travaillé le coton bio du temps de mon parcours de styliste, a sans aucun doute influencer ma démarche Kardamome.

    Se lamenter ou se résigner ne sert en effet à rien, la seule issue est dans l’action : entrepreneuriale et/ou consommatrice.

  5. laurence -aboneobio

    So, j’ai eu exactement la même rage que toi, en mars 2005 juste après avoir visionné le reportage sur les dangers de la cosmétique. Je ne suis « m…. » ! J’ai empoisonné mes filles avec du Muste…and co parce que moi même j’avais toujours utilisé ce produit depuis toute petite, et j’apprenais ce jour là qu’il était bourré de parabens. C’est quoi ce mensonge !! Grrr, depuis ma rage c’est transformé en création d’entreprise, comme quoi on arrive à rebondir :)
    Pour en revenir aux biberons, ben oui moi aussi je me suis fait avoir. Le sein, finalement a vraiment de très bon coté ^^

  6. so'''

    Bonjour Mike,

    Le changement ne me fait pas peur… mais j’avoue que sur ce coup-là j’en étais restée aux conseils de mamans expérimentées qui m’avait dit qu’après avoir testé plein de marques celle-là était top… et puis je me disais que la puériculture était très règlementée en France… du coup je faisais confiance, en toute naïveté, je dois l’admettre aujourd’hui !!!

    J’ai regardé sur le web et j’ai trouvé des bib « green to grow »… ma fille adore « ya une pomme dessus comme l’ordi de papa et maman »… :-/… tant mieux elle a commencé a faire la tête quand je lui ai parlé de changer ses bibs… il y a un lien affectif fort… mais le coup de la pomme a eu l’air de la motiver… fille de geek !!! :D

  7. So, pas facile de vivre le changement au quotidien, et de s’appercevoir que parfois on nous raconte des idioties plus grosses que la tete des idiots qui nous dirigent et nous racontent des histoires à dormir debout.

    Il nous reste à gagner en intelligence, en autonomie et en responsabilités, là où nos chers décideurs ne réfléchissent plus.

    Courage !

    Belle journée à toi.

    Bises

    Mike

Les commentaires sont fermés.